le sac à film, Matos

Le Sac à Film No: 2 — Baptiste Trumeau

baptiste-trumeau-sac-a-film

            Bienvenue dans mon sac ! Je m’appelle Baptiste a.k.a. Bapteash sur twitter et Instagram. Je trouve l’idée de cette rubrique très ludique, que ce soit proposé par des débutants, amateurs, ou utilisateurs avertis. Cela permet toujours de s’intéresser aux choix de chacun et de s’inspirer également. Voici un aperçu global de mon « sac », qui commence à manquer franchement de place :


1

            Pour faire simple, je shoote du 35mm et de l’instantané. Je n’ai pas encore eu le plaisir de découvrir le format 120, mais j’espère un jour franchir le pas ! Ça a l’air vraiment excitant, mais les appareils coûtent un peu plus cher, et le choix des pellicules 35mm est bien plus attrayant. Je fais de la photo pour moi-même, afin de documenter ma vie, et c’est presque devenu une nécessité. Je suis bien entendu toujours tenté de faire quelque chose d’un peu artistique, mais j’aimerais toujours plus m’orienter vers des photos toujours plus naturelles. J’aime photographier ma famille, mes amis, les choses colorées et un peu la nature aussi. C’est important !


Et la liste de mon matériel est la suivante :

  • Minolta Dynax 500si Super – SLR automatique x2
  • Olympus OM10 – SLR compact
  • Sigma AF 28-80mm f/3.5-5.6
  • Sigma AF 70-300mm f/4-5.6 avec fonction macro à 300mm
  • Olympus 50mm f/1.8 avec prévisualisation de la PDC
  • Flash électronique auto
  • Polaroid 636 Talking Camera
  • Polaroid SLR 680 SE – peinture maison bleu métallisé
  • Trépied Amazon 152cm
  • Télécommande pour Polaroid SX/SLR de 3 mètres
  • Album pour ranger les photos instantanées et tampon dateur
  • Des pellicules… bien sûr !


Côté 35 mm :

2

            La première question que vous devez vous poser, c’est « mais pourquoi a-t-il deux fois le même appareil ?! ». Et c’est assez simple : le Minolta Dynax 500si Super est un appareil très simple d’utilisation, il est léger, moderne, entièrement automatique avec possibilité de passer en manuel, que ce soit pour l’exposition ou la mise au point. Il intègre un flash, un mode multi-expositions, et la pile dure très longtemps… il est vraiment Super ! Vous pourrez l’acheter pour trois fois rien, avec parfois un objectif si le vendeur n’est pas radin. Et pourquoi DEUX appareils, c’est parce que j’aime avoir la possibilité de shooter deux pellicules différentes à la fois, une couleur/slide et une noir & blanc par exemple. Le modèle argenté intègre un mode panorama avec deux rideaux qui viennent donner un format assez large aux photos. J’expérimente encore à ce niveau puisque la composition est parfois difficile et limitée.

            Conjointement à ces deux appareils, je possède deux objectifs Sigma AF, un 28-80 et un 70-300 avec fonction macro quand l’objectif est en 300mm. A eux deux, j’ai déjà un assez grand éventail de possibilités. Avoir un angle à 28mm est un réel bonheur, Je trouve étrange de voir « peu » de choses quand je regarde dans un 50mm fixe après !

            Mon troisième appareil est l’Olympus OM10. Je cherchais un appareil légèrement plus compact, avec un objectif dit « pancake » et une assez bonne ouverture. Cerise sur le gâteau (ou la crêpe), et ce que je ne savais pas en achetant cet appareil pour une misère (20 euros dans un état très correct avec le flash électronique), il intègre une fonction très appréciable : la possibilité de pré-visualiser la profondeur de champ en fonction de l’ouverture choisie sur la bague prévue à cet effet. Cet appareil offre par défaut un fonctionnement semi-automatique du fait que le temps d’exposition est réglé automatiquement en fonction de l’ouverture à l’aide d’une cellule. Je l’ai choisi en troisième appareil, dans le but d’y mettre des pellicules un peu plus hors normes et créatives.


Côté instantané :

3

            Là aussi je possède deux appareils Polaroid de type « 600 » et vous devez peut-être encore vous demander « que diable pourquoi ?! » et c’est normal ! Mais la réponse une fois encore est la même. Une fois que vous avez chargé votre pellicule instantanée dans l’appareil, pas question de l’enlever pour changer de type de film ! Enfin c’est possible, mais bon ce n’est pas forcément évident en plein milieu de l’après midi sous le soleil. Alors suivant mes besoins, j’aime avoir la possibilité de charger une pellicule couleur et une autre en noir & blanc.

            Le Polaroid 636 Talking Camera est le premier appareil instantané et premier Polaroid que j’ai eu dans les mains. Il est à mes parents, et j’ai finalement compris que mon ancien Polaroid pic 300 n’était pas vraiment un Polaroid mais un Fujifilm Instax griffé Polaroid pour « vendre ». Je me suis renseigné pour trouver une « vraie pellicule Polaroid » et utiliser cet appareil des années 90. C’est là que j’ai appris de l’arrêt de la production Polaroid en 2008 et l’arrivée d’Impossible pour sauver la dernière usine de fabrication en 2010… A ce sujet, et pour ne pas m’écarter trop longtemps de mon article, je vous conseille vivement d’acheter et de voir le magnifique documentaire appelé « Time Zero, the last year of Polaroid film », réalisé par Grant Hamilton, avec qui j’ai eu le plaisir de converser quelques fois. Rendez-vous sur www.timezeromovie.com. Retour au sujet de l’appareil, c’est un appareil assez simple avec flash intégré (débrayable) et fonction macro avec une distance entre 60cm et 1,2m. Il intègre de plus une fonction assez marrante qui joue le son d’une vache qui meugle lorsque vous prenez la photo, pour déclencher de beaux sourires ! Ou bien vous pouvez également enregistrer votre propre son avec le micro intégré.

            Mon second instantané, et aussi L’APPAREIL qui m’a vraiment fait apprécier la photographie (tout format confondu), c’est bien le Polaroid SLR 680 ! Derrière ce nom assez succinct, on trouve d’abord le terme « SLR » qui signifie « Single Lens Reflex ». Ce qui signifie donc que vous avez un appareil Polaroid avec visée reflex, et c’est vraiment un gros plus ! Fini les mauvais cadrages et les mauvaises surprises, surtout au prix des pellicules de nos jours. Vous obtenez ce que vous voyez dans le viseur. De plus cet appareil offre des fonctionnalités très avancées pour son époque, sachant qu’il est commercialisé dès 1979 : une mise au point allant de 26 cm à l’infini, un autofocus par sonar à plus de 110 zones, très rapide et très efficace, et enfin un flash électronique automatique avec inclinaison en cas de sujet proche. Tout cela en fait selon moi et selon je pense beaucoup de personne, la « Rolls-Royce » des Polaroid classiques. Il est entièrement pliable pour le transporter et le tenir dans les mains est un plaisir. Encore une fois selon moi, c’est peut être l’une des plus belles inventions de l’homme. Pour l’anecdote, j’ai repeins mon appareil à la bombe en bleu métallisé, pour en faire mon petit modèle unique à moi. :’)


Et côté pellicules, ça donne quoi ?

4 0900688a80cd134b_ekn020435_t-max_100_135_front_645x370

            Pour le 35mm, j’adore principalement la pellicule diapositive AGFA CT Precisa 100. Elle n’est vraiment pas chère et les résultats sont très bons. J’aime les diapositives car j’attends le jour où je pourrais voir mes photos en grand sur un mur, et ça sera bien plus excitant qu’un scan numérique ou même un tirage 10x15cm. Ma favorite pour le N&B est la pellicule Kodak T-Max 100 qui offre un excellent contraste. Je dois avouer que j’aime principalement shooter avec film lents. J’ai bien aimé également les Kodak Ektar 100 et Kodak Portra 400, ainsi que la Kodak Tri-X 400. Oui j’ai un penchant assez Kodaïque pour les pellicules 35mm ! Mais j’attends encore les résultats de ma Fujifilm Sensia II expirée de 2000, ou bien encore de tester la Fujifilm Velvia 50 ou autre Tungsten 64.


                                                        020

            Et pour le film instantané, au jour où j’écris cet article, mes favoris sont les films d’Impossible pour Polaroid classiques de type 600. Déjà, parce que ce sont les seuls à proposer des films couleur ET noir & blanc à ce jour, Fujifilm ayant arrêté sa pellicule film pack FP-3000B et n’en commercialisant pas (pour l’instant ?) pour les appareils Instax. Les ingénieurs d’Impossible au Pays-Bas, dans la dernière usine Polaroid à ce jour, travaillent de pied ferme pour fabriquer un film toujours plus au point. Ils ont eu besoin de tout refaire à partir de rien, ou presque. Ils offrent également de temps à autre des films expérimentaux avec des colorisations ou des dichromies assez intéressantes, même si je me contente de leur film couleur avec bordures blanches ou colorées, ainsi que leur film N&B avec bordures blanches ou noires suivant le thème. Certains d’entre vous ont peut-être été déçus par leurs films dans le passé mais je vous recommande vivement de tenter le coup une nouvelle fois ! Il faut toujours masquer le film couleur de la lumière à la sortie et ce pour au moins 5 secondes afin d’obtenir un bon résultat. C’est primordial et c’est dit sur la notice. Le film N&B quant à lui est vraiment au point avec un développement très rapide et une protection contre la lumière très efficace. Dernière information : le film couleur produit par Impossible depuis septembre 2015 s’approche vraiment beaucoup du film original Polaroid Time Zero, on a des couleurs bien vivides mais surtout toujours avec ce grain Polaroid que certains ont pu connaître sûrement bien mieux que moi… Et j’aime ! <3


015

            J’utilise également le film Fujifilm Instax Wide, qui offre un format large intéressant pour les paysages ou simplement un sujet plus large, et différent du format carré du Polaroid 600, avec une température de couleur assez proche de la réalité, parfois même surprenant de réalité ! Si vous recherchez des couleurs très fidèles, c’est le film à avoir dans les mains… il a le mérite d’être pas cher tout aussi. Mais ce n’est pas vraiment comparable avec Impossible, qui est une petite équipe aux moyens pour l’instant limités. Chaque film instantané a une approche très différente, c’est pourquoi je shoote les deux. :)


35mm

            Merci beaucoup pour votre lecture ! J’espère que mon article vous aura plu, et vous aura éventuellement apporté des informations. Je suis disponible sur twitter sous le nom de @Bapteash et je partagerai toute information et savoir avec grand plaisir ! J’ai également un blog à l’adresse www.highwayfidelity.net ou vous pourrez retrouver mes photos en 35mm et quelques unes de mes photos instantanées. Les photos de mes appareils pour cet article sur le thème de l’argentique ont paradoxalement été réalisées à l’aide d’un appareil numérique Kodak Z740. A très bientôt autour de vos photos :)

Merci à Baptiste pour nous avoir dévoilé son grand sac photo, si vous aussi vous avez envie de nous faire partager votre sac photo n’hésitez pas, envoyez-nous un petit message 😉 contact@laboiteafilm.com.